¡Viva!

Lire la vidéo

¡Viva ! est la nouvelle production de Manuel Liñán qui a reçu le 21ème Prix de la Critique au 24ème Festival de Jerez. Cette réalisation est une chanson qui fait l’éloge de la liberté de mouvement. Les femmes sont embrassées comme les leurs par le corps masculin, car les modèles de genre, dans un monde rigidement codifié comme le flamenco, sont brisés par la joie et le plaisir. Cela crée de nouveaux espaces qui, bien qu’encore inexplorés, nous semblent proches. 

Manuel Liñán est un danseur (bailaor), chorégraphe et metteur en scène. Parmi ses productions les plus connues figurent NómadaReversible et Baile de Autor. C’est en 2013 qu’il a reçu le Premio Max de las Artes Escénicas comme meilleur danseur masculin et le Prix de la Critique de Flamenco Hoy comme meilleur bailaor. 

¡Viva ! a vu le jour grâce à un souvenir intime de l’enfance de Liñán : “Quand j’étais enfant, je m’enfermais dans ma chambre et je portais la jupe verte de ma mère. J’accessoirisais mes cheveux avec des fleurs, je me maquillais et je dansais en secret. Cette danse était impensable en dehors de ces quatre murs”. 

Cela s’est produit dans des circonstances où les règles sociales et artistiques imposaient l’idée que les artistes devaient se comporter différemment en fonction de leur sexe. Après avoir isolé l’illusion, le désir et le besoin, qui sont restés confinés pendant des années, ¡Viva ! fait jaillir toutes ces émotions, en se souvenant, en laissant ouverte cette porte qui sert à séparer ce qui est privé de ce qui est public. 

¡Viva ! est un cri pour la liberté de transformation, qui n’implique pas toujours une manière de se déguiser mais plutôt une manière de se mettre à nu. Comme moyen de célébration, Liñán propose la pluralité de la danse, les différentes formes et la singularité de chacune d’entre elles. Avec six danseurs (bailaores), qui seront chargés d’explorer et de fouiller dans cet univers fascinant du travestisme, il exposera la partie formelle de ces identités, qui forment notre propre nature. 

Nous voulons danser, Chimpum.” 

Vous pourriez aussi aimer

Spectacles